En Algérie, après l’annonce du Conseil constitutionnel : « C’est comme si la France hiérarchisait les victimes »

D’anciennes combattantes de l’Armée de libération nationale lors d’une parade organisée à l’occasion du 55e anniversaire de l’indépendance en Algérie, le 5 juillet 2017.

« Il y a une logique de réhabilitation de l’Histoire, pour que l’on sache que la France a mené une guerre en faisant des choses pas correctes et qui n’ont jamais été reconnues depuis 1962. » Fwad Hasnaoui, élu de l’Assemblée des Français de l’étranger, se félicite de la décision du 8 février du Conseil constitutionnel français. Ce dernier reconnaît le droit aux victimes civiles algériennes de la guerre d’indépendance (1954-1962) de réclamer une pension à l’Etat français, au même titre que les civils français. Une décision « constructive pour un avenir serein entre les deux pays », estime l’élu.

L’information n’a pas fait la « une » des journaux algériens, ni suscité de réactions des autorités. Elle concerne pourtant toutes les victimes civiles, blessées, tombées malades ou dont la maladie s’est aggravée à cause des conditions

...

La suite...

....

Lien source - http://rss.lemonde.fr/c/205/f/3067/index.rss -

- Catégorie - Le MONDE.fr -

Vous aimerez aussi...

Translate »